Logo ligue 1b 1 Ligue de Badminton de Martinique Logo ffbad

Interview de Fabrice BERNABE, Champion d'Europe Véteran 2016 - 29/10/2016

Bonjour,

Je me présente : Je m’appelle Fabrice BERNABE et je suis depuis tout jeune un passionné de sport et de compétition : badminton, tennis, football, basket…

Je suis né en métropole, j’ai 42 ans et je suis entraîneur adjoint badminton diplômé BEES 2ème degré au CREPS de Chatenay-Malabry (92).

Je suis d’origine martiniquaise. Mes parents sont tous deux nés à Saint-Pierre en Martinique et la majeure partie de la famille est toujours là-bas.

Au lycée, j’ai découvert le badminton alors que j’étais un fan de tennis. Je  m’essaie à une, deux séances et j’accroche de suite car ce sport est très complet. Quelques semaines plus tard, le professeur de la section badminton du lycée me propose de participer à une compétition. Bien évidemment, j’accepte et là, surprise, je gagne ce tournoi, en battant des joueurs mieux classés.

Le professeur propose aux joueurs de la section de poursuivre l’aventure en créant un club : « Les volants de Cergy ». Mais la condition est que nous devons l’aider en encadrant les cours et en jouant pour le championnat pour le club. Ainsi, je démarre officiellement sur le tard le badminton en septembre 1991 à Cergy (95).

Parallèlement, je poursuis mes études jusqu’en maîtrise d’AES puis je décide de rejoindre le monde du sport en passant mes diplômes d’éducateur sportif.

Coté badminton, 3 ans après mes débuts, j’atteins le niveau national. Je rejoins le club d’Issy les moulineaux (IMBC92) en 1997 pour progresser encore plus et faire du haut niveau. En 2000, je deviens vice champion de France séniors en ayant battu au passage le numéro 1 français qualifié pour les JO en ¼ de finales. Mon plus beau souvenir et premier gros titre.  Suite à cela, je fais un court séjour à l’INSEP et je décroche une sélection en équipe de France pour participer à la Thomas Cup (championnat du monde par équipe) en Bulgarie.

Deux titres de champion de France universitaire, plusieurs titres de champion de France par équipe avec l’IMBC92, mais surtout un titre de champion d’Europe par équipe en 2006 à Séville et un titre de vice champion d’Europe par équipe en 2009 en Bulgarie.

Grâce à mon travail au pôle espoir de Chatenay-Malabry, j’entraîne principalement des jeunes qui ont pour objectif de faire du haut niveau. J’entraîne aussi d’autres publics dans des clubs et comités d’entreprise et encadre quelques stages privés.

Depuis 2010, je joue au club d’Ezanville Ecouen (95) en national 1. Joueur classé N1, je participe à des compétitions séniors et vétérans. Avec mon nouveau club, j’ai plusieurs titres de champion de France vétéran. Cette année 2016 a été très exceptionnelle pour moi. Car, au mois de mai, j’ai été sacré triple champion de France vétéran et champion d’Europe au mois de septembre en Slovénie. Ce que je n’ai pu prendre en jeune, je le prends sur le tard en étant aussi motivé qu’à mes débuts. Je crois à ma devise depuis tout jeune : « Tout travail mérite récompense ». Devise que j’ai reprise de mon professeur principal de terminal qui nous répétait chaque jour : «  Mes chers élèves, tout travail mérite récompense ». J’ai très vite compris ce qu’il voulait dire et je l’ai appliqué au sport.

Être champion d’Europe faisait partie de mes objectifs. J’ai failli atteindre cet objectif en 2012 mais j’ai obtenu la  médaille d’argent au championnat d’Europe vétérans en Bulgarie. Je suis rentré très déçu car si proche.

Cette année 2016, je voulais à tout prix l’or en Slovénie et rien d’autre. Je me suis préparé physiquement cet été, comme chaque été d’ailleurs. A raison de 3 à 5 séances d’entraînement par semaine. Beaucoup de sacrifices et cela a enfin payé. Je ne pensais qu’à l’or sur place. Il fallait aussi gérer le statut de tête de série n°1. Gérer ma récupération en me faisant des massages avec des huiles essentielles, en faisant des séances d’électrostimulation… Les amis voulaient que je sorte avec eux le soir. Mais c’était hors de question. J’étais si près de mon but, je ne voulais pas tout gâcher.

Mes matchs les plus difficiles ont été mon ¼ et ma ½ finale, car j’avais perdu le 1er set. Mais j’ai su me concentrer à nouveau et positiver car je voulais l’or à tout prix. Arrivé en finale, impossible de la laisser passer cette fois ci. J’ai pris le jeu à mon compte dès les premiers points, jusqu’au dernier. Dieu merci, ça a marché et je suis enfin devenu champion d’Europe. Le Graal pour moi si vous saviez. Je me suis même dit que maintenant, je pouvais mourir tranquille et lever le pied coté compétition. Mais à peine quelques jours après, d’autres objectifs sont venus à moi. Comme décrocher une médaille aux championnats du monde vétérans où j’ai déjà fini deux fois au pied du podium et encore plus fou, devenir champion du monde vétéran. Réintégrer le top 30 ou 40 français. J’y crois. Encore faut-il que mon corps me suive dans mes ambitions. Car le badminton est un sport très traumatisant. La récupération est plus difficile, les articulations font mal. Il faut être à l’écoute de son corps et prendre soin de lui avec des séances de kiné, de sauna, renforcement musculaire, des étirements, manger sainement… Je n’ai jamais bu de l’alcool, même pas un ti punch.

Il faut aussi veiller à la vie de famille car je suis marié et papa d’un petit garçon de 5 ans et demi. Heureusement qu’ils me comprennent, car sans eux, je ne pourrais être ce que je suis aujourd’hui. Je les remercie.

Le badminton se développe à grand pas en métropole,  surtout avec l’arrivée des danois et de Peter Gade en particulier à l’INSEP. Nos jeunes sont très performants sur le plan international et il faut que cela dure maintenant dans la catégorie séniors.

En Martinique, le badminton se développe petit à petit. Des clubs se créent et nous avons forcément du potentiel. Il faut faire la promotion du badminton dans les écoles pour attirer les jeunes. Il faut former les futurs entraîneurs, proposer des stages, faire des tournois… J’aimerais tant voir le badminton grandir en Martinique. Si je peux, je contribuerais aussi au développement du badminton en Martinique.

Le badminton m’a tant aidé et apporté. Je lui dois quasiment tout.

A mon tour maintenant de donner au badminton.

Fabrice B.

14484684 826726064095654 7113629869921078143 n
14449737 826725974095663 560631325502196304 n
14500473 826725970762330 1283776191206925936 o
Vous devez être connecté pour poster un commentaire

Date de dernière mise à jour : 06/12/2016